Hasard du calendrier. Aujourd’hui, j’ai regardé un film, In The Air, avec Georges Clooney, licencieur professionnel, et le reportage diffusé aujourd’hui sur Envoyé spécial, mettant en avant un DRH, Didier BILLE, qui témoigne de ses propres pratiques en matière de licenciement en tant que DRH.

In the Air

Dans le film tourné en 2009, Georges Clooney joue le rôle d’une personne dont le job est de parcourir l’ensemble du territoire américain, en fonction des clients de son entreprise. Son job consiste à annoncer le licenciement aux employés de ses clients, et de proposer un accompagnement via une plaquette. Un jour, une jeune collègues promet une meilleure performance grâce une forte diminution du coût de la prestation : grâce à la technologie de la visioconférence, on peut licencier à distance.

Je ne vous en dis pas plus, il faut voir le film, actuellement en replay sur canal.

Didier Bille, 1 DRH à gages

Ce soir, je regarde le numéro d’Envoyé Spécial. Je tombe sur un DRH qui veut témoigner de ses mauvaises pratiques de DRH. Il se présente véritablement comme un mercenaire du licenciement.

Dans le reportage, ce qui frappe et peut dégouter du métier que je pratique, c’est son apparent dédain pour l’humain. Il est là pour rendre service à l’entreprise et servir les intérêts financiers des multi-nationales pour lesquelles il a pu travailler.

Il explique comment licencier sans faire de trace (hormis dans la vie des licenciés). Il évoque plusieurs stratégies, visant à limiter le risque de prud’hommes.

Le reportage évoque que 46% des DRH avouent avoir déjà agi en contradiction avec leurs valeurs morales. C’est grave non ?

Voici mes notes sur les stratégies qui ont été développées pendant le reportage :

C’est la description d’une société et d’un système malade, à l’inverse de tout ce dont aspirent les nouvelles générations. Il en découle une pression extrême sur les encadrants et les DRH.

A la fin du reportage, une psychologue intervient. Il est notable de souligner que selon ses observations, cette tendance existe autant dans le secteur privé que dans le secteur public.

 

Toute personne qui regarde ces deux exemples se disent “oh mais c’est horrible ! impensable ! Moi je ne … pas”

 

Dans les faits, cela existe, et ces DRH sont intégré dans un système où, comme les managers, il est difficile d’en sortir sans remettre en question son positionnement dans l’entreprise. C’est cela qui est difficile.

Comment faire pour dissuader le recours des DRH à gages ?

Comme je l’ai développé ici, le développement du manager bio est une réponse qui apportera satisfaction des employés. Les dirigeans d’entreprise ont tout intérêts à développer ce type de pratiques :

  • diminution des risques de contentieux,
  • meilleur productivité des employés,
  • autonomie et responsabilisation des employés,
  • développement durable de l’entreprise,
  • créativité et innovation grâce au management libre.

Alors, lecteur, qui es-tu ? Manager à gages ou manager bio ? N’hésite pas à partager ton expérience ou tes questions en commentaires

 

Le DRH harceleur
Taggé sur :            

2 réflexions au sujet de « Le DRH harceleur »

  • Bonjour, je viens de lire votre page et trouve votre raisonnement instructif.
    Je suis la personne victime filmée dans l’envoyé spécial du 08/03/2018.
    Bien à vous,
    Thierry MEVEL

    1. Bonjour Thierry,

      Malheuresement nous sommes trop nombreux à avoir croisé le chemin de ce type de personne. Mais j’ai espoir que ce type de vision du travail disparaisse peu à peu, car c’est dans l’intérêt de personne. Comment vous êtes-vous reconstruit ? Nous pouvons continuer par mail : Suzy@zenproperso.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *